Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 21:32

English Translation

 

Sur le marché, j'ai rencontré Mickael qui m'a annoncé son intention de quitter les Etats-Unis. Discussion à bâtons rompus sur le sujet...

Mickael, candidat à l'émigration

Américano : Mike, raconte-nous ton parcours

Mickael : Mickael, s'il-te-plait, je n'ai pas envie d'être raccourci ! Je suis né en Californie où j'ai grandi. C'est là que j'ai étudié jusqu'à l'université. De père italien, je suis allé plusieurs fois sur la terre de mes ancêtres (principalement dans le sud de l'Italie). Je parle un peu italien... C'est quelque chose qui a compté énormément pour moi comme expérience pour l'ouverture que ça m'a donné.

Américano : Tu veux donc émigrer, en Italie ?

Mickael : Pas du tout ! L'Italie, c'est la famille, les vacances... Je veux me rendre au Royaume-Uni pour y étudier la psychologie sociale à Guildford et m'évader des Etats-Unis ! Je ne veux pas rester ici. C'est le moment pour moi de m'en aller. Je n'appartiens pas à ce pays.

Mon but est d'étudier et enseigner la propagande. A ce propos pour toi qui est français, je te conseille de lire Jacques Ellul et pour tes recherches sur la guerre de 14-18, "Comment nous avons informé l'Amérique" de George Creel.

Mickael, candidat à l'émigration

Américano : Comment es-tu arrivé ici ?

Mickael : J'ai postulé pour trois écoles en Géorgie de Ouest. C'est la seule à m'avoir accepté en raison de mes scores aux tests d'admission aux études supérieures et de mes notes de premier cycle. Le département de psychologie est devenu spécial pour moi et je l'ai fréquenté. Je vivais et travaillais alors près d'Atlanta. J'ai déménagé à Carrollton parce que j'ai commencé un stage à la ferme de Terra et Paul en Janvier.

Mickael, candidat à l'émigration

Américano : Tu ne vis pas le rêve américain ?

Mickael : Certainement pas ! Je m'entends avec très peu de gens ici à commencer par ceux avec qui j'étudie à l'université. Nous n'avons pas du tout le même parcours. La plupart sont issus de petites villes rurales alentour et n'ont pas de grande expérience de la vie. J'ai beaucoup lu sur la sociologie et chaque fois que j'aborde ce sujet, on me regarde d'une drôle de façon. C'est cette absence d'ouverture d'esprit qui me dérange.

Toutefois pour être juste, je suis sorti avec une femme de leur âge, ma meilleure amie maintenant, qui est la personne la plus brillante et intelligente que je connaisse. Je n'ai pas eu non plus de difficulté avec les étudiantes en psychologie : tout le monde est différent et tous les gens ne sont pas ouverts.

Américano : Comment vis-tu ?

Mickael : Je parle aux gens de la nutrition et comment être en bonne santé. J'effectue aussi des travaux à temps partiel. Pour l'instant mon travail à la ferme me paie mon loyer.

Mickael, candidat à l'émigration

Américano : Autres projets ?

Mickael : Je veux avoir des bébés ! Me marier n'est pas le plus important. C'est ma partenaire qui choisira.

Je veux voyager, enseigner dans des centres sociaux et donner des conférences dans des universités.

Américano : Bonne chance à toi et merci !

Partager cet article

Repost 0
Published by Americano - dans Portraits
commenter cet article

commentaires

Marie-claude 17/08/2014 10:05

Pour moi, c'est surprenant de voir cet état d'esprit aux USA ...
Mais c'est plein d'espoir ; utopique ? j'espère que non !!

Americano 18/08/2014 04:17

Attention, Michael ne pretend pas representer les Americains. Il ya d'autres personnes que j'ai rencontrees qui parlent aussi d'immigrer mais de la parole aux actes, il y a un pas que peu franchissent. Par contre, je pense que dans l'ensemble ils sont plus habitues que nous a changer de lieu, de metier...