Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 22:49

  Il serait faux de dire que l'incendie ayant affecté le célèbre monument a laissé indifférents les Américains. Premièrement, qu'on le veuille ou non, l'histoire a tissé des liens profonds entre les deux pays. Un évènement de cette dimension ne pouvait que trouver de l'écho ici. Par ailleurs, beaucoup sont allés à Paris (l'une de leurs destinations principales avec les plages du débarquement en Normandie et la Provence). La plupart a visité l'édifice et en déplore la destruction partielle.

Trois exemples personnels m'ont particulièrement touché.

 

Mon ami Woody qui a travaillé maintes fois en France avec ses étudiants (article à suivre) connait bien Paris et fera une contribution financière à la Fondation du Patrimoine.

Le quotidien USA TODAY dont j'ai tiré toutes les illustrations de cet article, en fait sa Une avec le titre "A matter of life" (Une question de vie). Celle-ci se prolonge en page intérieure.

Le quotidien USA TODAY dont j'ai tiré toutes les illustrations de cet article, en fait sa Une avec le titre "A matter of life" (Une question de vie). Celle-ci se prolonge en page intérieure.

 Un article sur une autre page nous livre le point de vue de Stuart Richardson : "As a tour guide, I ignored Notre Dame" (En tant que guide, j'ai ignoré Notre Dame).

Dernier exemple de l'émotion soulevée ici avec Deirdre, notre bibliothécaire, qui, le lendemain, me transmettait un magnifique poème dédié à Paris qu'elle avait trouvé la veille dans un livre à mon intention sur les pionniers. L'auteure, Willa Cather, est une deuxième Laura Ingalls (voir article récent), peut-être moins connue mais dont l'œuvre est tout aussi digne d'intérêt.

Paris

Behind the arch of glory sets the day;

The river lies in curves of silver light,

The Fields Elysian glitter in a spray

Of golden dust; the gilded dome is bright,

The towers of Notre Dame cut clean and gray

The evening sky, and pale from left to right

A hundred bridges leap from either quay.

Pillared with pride, the city of delight

Sits like an empress by her silver Seine,

Heavy with jewels, all her splendid dower

Flashing upon her, won from shore and main

By shock of combat, sacked from town and tower.

Wherever men have built hall or fane

Red war hath gleaned for her and men have slain

To deck her loveliness. I feel again

That joy which brings her art to faultless flower,

That passion of her kings, who, reign on reign,

Arrayed her star by star with pride and power.

Sensible à sa construction poétique, j'ai essayé d'en rendre l'esprit, en alexandrins. 

Paris

Sous l'Arc de Triomphe, s’est endormi le jour ;

En courbes argentées, le fleuve se prélasse.

Des Champs Elysées monte une poussière d'or.

Le dôme doré brille, le ciel du soir est

Découpé net et gris par les tours de Notre Dame.
Par-dessus les quais, cent ponts pâles sautent.
Fière sur ses piliers, la ville des délices
Sur la Seine, trône comme une impératrice,
Alourdie de bijoux par sa splendide dot,
Sur elle clignotant. Elle a gagné la rive

Et la terre ferme sous le choc du combat

En saccageant villes, châteaux et leurs donjons.
Quel que soit les lieux que les hommes aient construit,

Salles ou temples, du sang a coulé pour elle.

Des hommes ont tué pour orner sa beauté.

Je ressens encore cette joie de son art

Telle une fleur sans faille, les rois passionnés

De règnes en règnes, fièrement, puissamment.

L’ont ainsi arrangé, étoile par étoile.

 

 Un grand merci à Marie-Claude pour sa relecture du poème !

Partager cet article
Repost0

commentaires