Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 21:57

La Géorgie comptait une dizaine de camps d'entrainement en sus du Camp Gordon où sont allés une grande partie des garçons de Carroll. 

Camp Hancock, Augusta, Géorgie

« C’était comme quitter la maison que de quitter Camp Gordon » raconte H.W. Holland qui vient d’intégrer ce nouveau camp. « Nous sommes tous très insatisfaits de ce changement car nous n’aimons pas la vie en tentes comparée à celle que nous avions dans nos baraques. De plus, ici, c’est horriblement sablonneux et chaud.

« C’était comme quitter la maison que de quitter Camp Gordon » raconte H.W. Holland qui vient d’intégrer ce nouveau camp. « Nous sommes tous très insatisfaits de ce changement car nous n’aimons pas la vie en tentes comparée à celle que nous avions dans nos baraques. De plus, ici, c’est horriblement sablonneux et chaud.

Je cuisine et devrais être content car je travaille un jour et me repose deux. De quoi devrais-je me plaindre ?

Je cuisine et devrais être content car je travaille un jour et me repose deux. De quoi devrais-je me plaindre ?

J’ai déjà écrit à propos de nos mères et des filles que nous avons laissées derrière nous mais pas à propos de nos nobles pères. Ils nous sont chers et nous ne les oublions pas. Ils ont eu un moment très difficile avec la reconstruction du pays et nous leur en sommes reconnaissants.

J’arrête car j’écris sans plaisir. »

 

Un peu plus tard, le même H.W. Holland écrit : « Avant le 1er septembre, je serai dans le New Jersey ou en route pour la France suivant  nos derniers ordres. Il a été dur de dire au-revoir à la famille et aux amis mais ce sera bientôt au tour de l’Amérique et ce sera tout aussi dur.

Je crois que la guerre sera terminée aussitôt que nous serons prêts mais ce n’est pas pour bientôt.

Je dois m’arrêter car je suis de garde et je dois apprendre certains ordres spéciaux. Comme je viens d’être nommé caporal, je n’aurai pas beaucoup de temps pour vous écrire la semaine prochaine. » (08/18)

 

Nous sommes maintenant dans le corps des mitrailleuses. Nous en étudions une qui tire à 3 miles et 400 à 525 coups à la minute. Une de ses balles peut passer le sommet d’une colline et nettoyer les Huns de l’autre côté . C’est la première fois que je vois quelque chose qui peut ne pas tirer droit....

Nous sommes maintenant dans le corps des mitrailleuses. Nous en étudions une qui tire à 3 miles et 400 à 525 coups à la minute. Une de ses balles peut passer le sommet d’une colline et nettoyer les Huns de l’autre côté . C’est la première fois que je vois quelque chose qui peut ne pas tirer droit....

... Il fait chaud le jour et froid la nuit. La première nuit ici, nous avons dormi sur un lit d’appoint sans rien pour nous couvrir. J’ai dormi avec mes habits et m’en suis bien sorti. Cet endroit est sablonneux." (H. Campbell – 09/18)

« Je dois te dire que je ne suis plus à l’instruction avec les mitrailleuses. Je suis au Quartier Général du corps de clairons. Je n’ai rien d’autre à faire que de souffler dedans. Au lieu d’aller creuser les champs durant le jour, je vais dans un bois et je m’entraine aux sonneries. Ce matin, nous étions une trentaine tous plutôt bons au clairon. Tu peux imaginer le vacarme que nous avons fait. Ça aurait sorti les yeux de la tête d’un chiot mais tu sais que je suis musicien...

« Je dois te dire que je ne suis plus à l’instruction avec les mitrailleuses. Je suis au Quartier Général du corps de clairons. Je n’ai rien d’autre à faire que de souffler dedans. Au lieu d’aller creuser les champs durant le jour, je vais dans un bois et je m’entraine aux sonneries. Ce matin, nous étions une trentaine tous plutôt bons au clairon. Tu peux imaginer le vacarme que nous avons fait. Ça aurait sorti les yeux de la tête d’un chiot mais tu sais que je suis musicien...

...Tous les jours, nous avons des inspections et voici pourquoi : dimanche dernier un cas d’oreillons a été dépisté dans notre compagnie et depuis ils nous inspectent une fois par jour. On enlève nos bérets et mettons nos chemises sous le bras et le docteur sélectionne ceux avec les oreillons. 

Dis à ta mère d’être prudente quand elle parle des patates. Je ne fais que saliver quand je lis ça car je sais qu’elles sont bonnes. J’ai trouvé 3 choses qui sont les mêmes à l’armée qu’à la maison : soupe, eau et café.

Il est 1 h 30 et je dois aller dans les bois faire de la musique pour les geais jusqu’à 4 h.

Je dois te dire que c’est mieux que de porter le fusil ou creuser. Je n’ai jamais fait ce genre de travail dans ma vie. Je dois apprendre les sonneries. La moitié du temps, je sonne faux mais c’est un travail de tous les jours et on n’a pas de corvées pour ça.

Je pense que vous avez de bonnes choses à manger maintenant comme les pommes de terre, le sirop nouveau, les biscuits chauds au beurre. Mon dieu !  Un prêcheur en laisserait tomber sa bible ! Nous avons eu des pommes comme tu les prépares à la maison épicées et sucrées. C’est la seule chose qui a le même goût qu’à la maison.

Je n’ai pas de nouvelles de la guerre mais je m’en fous. Je suis seulement intéressé par la paix et être à la maison.

Avec mon amour, ton mari.» (Hugh – 09/18)

« Je vais bien maintenant à part les rhumatismes qui me font souffrir dans le genou.

J’ai vu dans le journal du jour que le Général Pershing disait que nous passerions Noël à la maison. Il disait que les Allemands étaient défaits et ne tiendraient pas longtemps. J’espère qu’il a raison.

Je suis à 3 miles de la rivière Savannah et la Caroline du Sud est sur l’autre berge. Nous avons descendu la côte à bord des camions avant-hier et nous avons passé un bon moment. Quelle vue !

Tous les deux jours, nous avons un examen. » (J.R. Key – 09/18)

« Je pense que je vais attraper les oreillons car la plupart du temps, nous avons un cas. Nous observons une quarantaine maintenant : aucun patient ne repart de l’hôpital. 4 fois par jour, on nous met des gouttes dans les yeux pour nous protéger de la grippe. Ça ne fait pas mal mais ça fait drôle. Les distributeurs de journaux ne passent plus et ça nous manque...

...Envoyez-moi du tabac à chiquer que nous ne pouvons obtenir. Ceux qui en ont encore le partage avec moi. L’homme de la Croix Rouge nous a donné quelques cigarettes....

...Envoyez-moi du tabac à chiquer que nous ne pouvons obtenir. Ceux qui en ont encore le partage avec moi. L’homme de la Croix Rouge nous a donné quelques cigarettes....

...Je pensais avoir du courrier mais le vaguemestre n’est pas passé. » (M. Fuller – 10/18)

« C’était le soir. Gentiment un rideau était tiré et les couleurs s’estompaient dans les cieux roses. Les ombres violettes du crépuscule tombaient sur champs, collines et vallées. Puis, comme si une bande de fées avait percé le rideau de la nuit, les étoiles apparaissaient. Une d’abord puis deux  puis si rapidement que nous ne pouvions les compter. C’était beau et plein de lumière. Comme nous regardions, il nous semblait que Dieu faisait un service au drapeau. » (W. F. Gammon – 09/18)

Souther Fields

JC McElroy fait juste assez de travail « facile sur les avions pour ne pas être paresseux. Homer, mon frère, est payé comme tailleur de l’escadre et a plus de travail que ce qu’il peut faire. Il gagne bien sa vie.  J’ai reçu des paquets de ma sœur et de sa copine. Je souhaiterais qu’on m’envoie de bonnes cigarettes...

JC McElroy fait juste assez de travail « facile sur les avions pour ne pas être paresseux. Homer, mon frère, est payé comme tailleur de l’escadre et a plus de travail que ce qu’il peut faire. Il gagne bien sa vie. J’ai reçu des paquets de ma sœur et de sa copine. Je souhaiterais qu’on m’envoie de bonnes cigarettes...

...Il semble que le printemps approche car nous avons eu de chaudes averses.

J’espère que vous avez reçu les lettres dans lesquelles je vous indiquais que j’avais volé. J’aime ça mais je n’ai pas l’intention d’en faire plus. » (01/18)

Le même, le mois suivant, pense que : «moi et mon frère, dans l’aviation, n’avons jamais été aussi bien de notre vie. J’aime beaucoup la France que je découvre d’avion et j’apprends le français. Je termine ma lettre car je dois me rendre au cinéma du Y.M.C.A. »

Camp Harris (Macon, Géorgie)

H.D. Merrell écrit au journal : « Je me trouve au milieu de 5000 hommes composant le 1er, le 2nd et le 5ème régiments de Géorgie. L’entrainement est intense pendant 7 heures 30 chaque jour  : maniement de la baïonnette, lancement de grenades, creusement des tranchées et pose de fils barbelés. Malgré tout, j’ai pris 10 livres et suis devenu - aussi marron qu’un indien - ». (14-07-18)

H.D. Merrell écrit au journal : « Je me trouve au milieu de 5000 hommes composant le 1er, le 2nd et le 5ème régiments de Géorgie. L’entrainement est intense pendant 7 heures 30 chaque jour : maniement de la baïonnette, lancement de grenades, creusement des tranchées et pose de fils barbelés. Malgré tout, j’ai pris 10 livres et suis devenu - aussi marron qu’un indien - ». (14-07-18)

Camp Wheeler (Macon, Géorgie)

De là, Joseph M. Pentecost écrit à ses parents qu’ « il récupère de son œil bien qu’il continue de souffrir de maux de tête… J’espère que vous avez trouvé quelqu’un pour faire une récolte pour vous : Ed pourrait vous aider à trouver un nègre quelque part....

De là, Joseph M. Pentecost écrit à ses parents qu’ « il récupère de son œil bien qu’il continue de souffrir de maux de tête… J’espère que vous avez trouvé quelqu’un pour faire une récolte pour vous : Ed pourrait vous aider à trouver un nègre quelque part....

...Ma section s’est entrainée au port du masque à gaz. Je pense que désormais nous ne le quitterons pas car lorsque nous l’avons fait, nous pleurions comme des bébés et toussions à n’en plus pouvoir...

...Ma section s’est entrainée au port du masque à gaz. Je pense que désormais nous ne le quitterons pas car lorsque nous l’avons fait, nous pleurions comme des bébés et toussions à n’en plus pouvoir...

...Un essai avec un autre gaz nous attend jeudi.» (02/18)

...Un essai avec un autre gaz nous attend jeudi.» (02/18)

A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires