Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 22:01

De nombreux articles ont été ébauchés lors de mes années carrolltonniennes. Mon changement de situation m'invite à les éditer en l'état car ils sont source d'intérêt.

Américano compte sur l'indulgence de ses lecteurs.... 

Quand on pratique la danse comme nous, on a besoin de chaussures adaptées. De temps à autre, celles-ci ont besoin de petites réparations et là, ça devient le parcours du combattant ! Le dernier magasin de Carrollton où l'on prenait vos chaussures en dépôt ne le fait plus mais le gérant m'a quand même donné un téléphone. Bon service puisque c'est ainsi que j'ai découvert Ike, retraité, cordonnier, vivant à Whitesburg, et qui officie à domicile.

Quand on pratique la danse comme nous, on a besoin de chaussures adaptées. De temps à autre, celles-ci ont besoin de petites réparations et là, ça devient le parcours du combattant ! Le dernier magasin de Carrollton où l'on prenait vos chaussures en dépôt ne le fait plus mais le gérant m'a quand même donné un téléphone. Bon service puisque c'est ainsi que j'ai découvert Ike, retraité, cordonnier, vivant à Whitesburg, et qui officie à domicile.

Au fond de son jardin, il m'accueille dans l'un de ses deux ateliers, l'autre occupant une pièce de sa maison ;

 

shoe repairer (2)

L'atelier habituel du cordonnier avec ses pieds, la machine à lustrer, ses pots de colle...

 

Cette fois, il va remplacer les semelles de talons des chaussures de Cessany.

 

  shoe repairer (3)

Quelques minutes : le tour est joué ! Travail banal pour lui !

 

Comment se fait-il que l'on ne trouve pratiquement plus de cordonniers aux USA ?

IKE : "Il n'y a plus d'école pour former des apprentis. Maintenant, cela coûte moins cher d'acheter des chaussures neuves que de les faire réparer et nous n'avons pas encore développé des ateliers de réparation comme en Europe dans les grands magasins."

 

 

Rapidement, je découvre un autre Ike plus artiste. Comme beaucoup d'Américains, il a plusieurs cordes à son arc* et n'a pas abordé le cuir par la cordonnerie mais écoutons-le :

"Je travaillais sur le ranch de mon père au Texas. J'avais un cheval. Un jour, mon frère me l'a emprunté et a eu un accident. J'avais 15 ans et ce qui m'importait plus que son sort, c'était celui de ma selle qui avait été très endommagée!" Alors, mon père me dit : Pourquoi ne la réparerais-tu pas toi-même ?" Et c'est ainsi que tout a commencé... La réparation de bottes vint plus tard."

 

Très fier de lui, il me montre quelques travaux en cours ou terminés :

 

shoe repairer (5)

une couverture de bible...

 

shoe repairer (6)

                         un sac à mains

 

shoe repairer (9)

  des étuis de pistolet (on est aux USA !)

 

Pour décorer le cuir, il choisit des photos, les recopie par transparence, les transfère sur le cuir, mouille celui-ci puis grave à l'aide de ciseaux comme celui ci-dessous.

 

shoe repairer (7)

 

Il en a une belle collection !

 

shoe repairer (8)

 

 Jambières de protection pour les motards ou... les cow-boys...

Jambières de protection pour les motards ou... les cow-boys...

* Il est devenu pilote pour se déplacer de ranch en ranch et conducteur de camions à 19 ans pour livrer les bestiaux. Les ranchs étant loin de tout lieu habité, il fallait savoir se débrouiller par soi-même...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires