Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 21:05
English
Translation

C'est un vieux Monsieur qui marche avec aide mais on se sent tout petit à ses côtés. Pensez ! Lincoln a débarqué en Normandie le 6 juin 1944 ! Pour moi qui ai vu et revu Le Jour le plus long, c'est comme être en compagnie de tous ses acteurs et en mieux puisque le mien y était pour de vrai...

 

Lincoln-De-Villiers.JPG

 

Rencontre

Préparant le petit concert pour la fête de la musique au Senior Center de Carrollton le 21 juin 2010, je suis interpellé par "Bonjour ! Comment ça va ?". Dans ce cas, je suis toujours embarrassé car je ne sais jamais si je dois répondre en français ou en anglais. Je choisis le premier et la conversation se poursuit, mais très peu, concert oblige. Après celui-ci, nous décidons d'un rendez-vous pour découvrir ce surprenant Monsieur. En attendant, j'en profite pour glisser deux mots à la directrice du centre qui me copie l'article ci-dessous : 

 

 

Lincoln DDay 001

Times Georgian du 6 juin 2010  - à disposition des lecteurs interesses...

 

Avant la guerre, Lincoln était déjà dans l'armée mais pas de son plein gré puisqu'il avait été tiré au sort. Il fut envoyé en Angleterre comme mécanicien (tanks...). 

Le 6 juin1944, il était en charge d'une équipe munie de matériel de transmission pour assurer la liaison entre la terre et les navires. Hélas, celui-ci  n'a pas fonctionné. L'infortune le tenait ce jour puisque la plupart des tanks qui devaient débarquer, sombrèrent en quittant les chaloupes qui les transportaient : ils devaient flotter grâce à des bouées qui les entouraient mais la mer, forte ce jour, pénétra à l'intérieur ! Lincoln avait participé à la mise au point du système...


Les combats se poursuivirent dans la région de Saint Lô. C'est là qu'il fit la connaissance d'un agriculteur avec lequel il se lia d'amitié. Il a gardé le contact depuis.


"Le 24 août 1944, nous sommes rentrés dans Paris. J'ai passée la première nuit dans le Bois de Vincennes.

Malheureusement, les combats continuaient en banlieue et l'un de mes amis officier fut tué.

Notre unité pénétra en Allemagne et c'est ainsi que le 16 novembre 1944, je fus blessé à Hurtgenwald (près d'Aix-la-chapelle). Après mon hospitalisation en Angleterre, je repris le chemin de l'Allemagne.

A la fin de la guerre, je décidais de faire carrière dans l'armée. Je fus envoyé en Corée pour y faire la guerre.

J'ai repris ma retraite en 1967 et je suis venu à Carrollton enseigner à l'Université de West Georgia. J'y suis resté jusqu'en 1979."

 

Une amitié de toute une vie

"A Paris, parce que je parlais français j'ai rencontré Huguette Fabre (10 ans) qui m'a présenté à ses parents :ils m'ont reçu. Nous avons parlé moitié en anglais moitié en français.

En 1948, pendant l'occupation de l'Allemagne, je suis retourné la voir avec sa famille.

En 1954, lors d'un séjour en France avec ma deuxième épouse, je suis retourné la voir : elle commençait de bien parler anglais alors.

Je l'ai encore revue en 2000 et 2001 lors d'un voyage de vétérans commandité par un médecin militaire, le Docteur John Burson."


Vos origines

D'où vous vient de parler français ?

Je viens de Louisiane où j'ai grandi. C'est ma tante qui me l'a appris. Elle ne parlait que français et moi je lui répondais en anglais ! On se comprenait...

J'ai connu la musique cajun lorsque l'on allait dans les bals. Sinon, il n'y avait pas de musique à la maison car l'on était très pauvres...

C'est pour ça que vous avez un nom très francais : De Villier.

Mon nom provient d'un village situé entre Caen et Paris : j'y suis passé lors d'un de mes séjours ! Mes ancêtres ont émigré au Canada. et l'un d'eux Louis Coulon De Villier combattit contre Washington lui-même. Ce fut le seul cas de sa carrière où notre futur président eut à se rendre !

 

 

En savoir plus sur :

Louis Coulon De Villier ; link

La guerre de Corée : link

La bataille de Saint Lô, une phase capitale du débarquement : link


Lincoln est décédé récemment : un grand coup de chapeau à notre vétéran !

Partager cet article
Repost0

commentaires