Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 20:17

    Pour terminer la cérémonie The induction,  les familles ont été invitées à un match de basket-ball entre l'université de Macon et une autre de l'état de Floride. Pour ceux que ce genre d'évènements sportifs passionne, je les invite à regarder n'importe quel match sur n'importe quelle chaîne de télévision. Le but est toujours le même. Non, ici je me suis plus attaché aux phénomènes périphériques qu'au sport lui-même et j'ai été gâté !

H-90'


  Pendant que les sportifs s'échauffent et que les gradins sont encore (presque) vides...


A l'extérieur, c'est la kermesse ! L'orchestre rock fait de son mieux...


alors que les costauds démontrent qu'ils n'ont rien à envier à ces pauvres gars qui essayent d'envoyer vainement un ballon dans un cercle....


et que les enfants, sous l'oeil attendri de papa, maman se font une bonne glissade.


Après tous ces efforts, le réconfort s'impose !


   Pendant ce temps, les spectateurs arrivent en voiture ou en bus municipal. J'allais écrire "à pieds" : ha mes mauvaises habitudes !

H-15'


   L'orchestre des étudiants donne de la voix* pour encourager son équipe. Le ton/son monte.
On retrouvera cet orchestre à chaque interruption de jeu pour une courte intervention musicale...
* plus exactement des cuivres, batterie, clarinettes...


H- pas longtemps

     C'est la folie, les équipes arrivent accompagnées par les pom-poms girls ! Le bruit est intense et comme s'il n'y en avait pas assez, un rigolo se promène avec un immense carton invitant à en faire encore plus... Excitant !


    Accompagnées par l'orchestre, on retrouvera ses charmantes demoiselles et leurs porteurs pendant les interruptions de jeu...

    Le calme s'instaure car un troisième orchestre apparaît pour interpréter l'hymne national.


    Apparemment pour tout évènement sportif , on a droit à ce moment patriotique. Moi qui croyais que les rencontres internationales suffisaient...

Mi-temps :

   Afin de ne pas faire trop retomber la pression (on ne sait jamais, des fois qu'elle se fasse mal !), la mi-temps est l'occasion de multiples célébrations :

    Sous les acclamations du public, les "inductees' sont invités à se présenter au milieu du parquet. 


    Puis, comme la rentrée universitaire est encore toute fraîche, les "reines' et les "rois' choisis pour l'année font à leur tour leur apparition.


Vous avez raté la présentation du chèque géant de je n'sais plus quel généreux donateur...

2ème mi-temps : désolé, je n'ai tenu qu'une mi-temps...

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 20:36

Ici, il est bien difficile de trouver un toit en tuile, ardoise ou lauze. Le plus commun est un genre de papier goudronné parsemé de sable. (les spécialistes nous aideront...)
Action :


La charpente est d'abord recouverte de panneaux de contreplaqué puis ceux-ci sont recouverts à leur tour d'une toile.



C'est sur celle-ci que le couvreur va aggrapher les "tuiles". Chacune étant aggrafée à la machine.
Cet ouvrier s'aide de tasseaux pour escalader le toit au fur et à mesure de son avancée.

Dans le cas de ces autres ouvriers, ils bénéficient de harnais de sécurité.
Ceux-là ont refait entièrement la toiture de mon voisin en une journée. Ils étaient 7 ou 8 ouvriers.



Au travail :



On comprend mieux comment avec ces méthodes de travail, les outils et les matériaux utilisés, le prix des maisons est nettement plus bas qu'en France. On peut se poser quelques questions sur les conditions de travail* et la durabilité de telles constructions...

* Un esprit malicieux nous aurait fait remarquer que les ouvriers étaient tous hispanophones.


Roof repair

Chantier en cours à la gare de Carrollton

 

Et si quelques fissures apparaissent au fil du temps, on pourra toujours faire appel a celui-ci...

 

Roof-repairing.JPG

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 20:05
Bill, le père de Cessany, est à l'honneur.



Que nous vaut cet air soucieux lui que nous avions vu plus enjoué lors de la présentation de ses Appeaux de dinde ?

Et bien c'est le jour de son induction ! Oui mais encore ? Bill va être reçu dans le Athletic hall of Fame de son ancienne université. Autrement dit, il a été reconnu pour avoir accompli du bon travail en tant que joueur d'abord puis entraîneur de basket-ball par la suite. Toute la famille a été conviée à cette cérémonie  ou 5 autres nouveaux membres seront intronisés.

Dans la salle de réception de l'Université, les tables sont déjà dressées et visiblement un effort de présentation a été fait.


Nous prenons patience en lisant la liste des membres du Panthéon sportif local.



Lorsque la grande majorité des invités est installée, l'ouverture est proclamée officiellement . Après quelques mots de bienvenue, il nous invite tout d'abord à nous restaurer. C'est pas de refus mon bon Monsieur !


Derrière lui, se dresse le portrait d'un président de l'Université Mercer de Macon. Les murs de la salle sont ornés de tous les présidents successifs. L'ensemble est plutôt réussi car oeuvre d'un seul artiste.



Le repas terminé, la cérémonie proprement dite peut commencer. Les récipiendaires sont appelés un par un a rejijndre l'actuel président. Le passé glorieux (forcement!) de chacun est sommairement rappelé.

En guise de décoration, le président aide l'heureux gagnant à  enfiler une veste.


Pourvu de son nouvel habit, il va au micro remercier l'Université, ses amis, sa femme, ses enfants...

Et pour clôturer en beauté l'après-midi, Bill, ses amis et sa famiile sont convies au match de basket-ball qui va se dérouler dans le gymnase de l'Université. Mais ceci est une autre histoire qui vous sera contée dans un prochain article....
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 15:56
Et pour terminer, Cessany ayant consulté l'ensemble des articles, j'ajoute quelques images suite à ses commentaires.

Les enseignants sont tenus d'afficher des photos familiales des enfants.




Compte tenu de l'importance de l'immigration hispanophone, donc de la langue espagnole, ils sont aussi tenus d'afficher quelques tableaux avec les deux langues et de traduire en espagnol les différentes étiquettes collées aux murs.


Sans commentaire...

Tout au long de ces articles nous voyons que l'organisation de la classe est la condition sine qua non du fonctionnement. Outre celle du temps et de l'espace que nous percevons au gré des divers alinéas, l'organisation des responsabilités est importante et chacun se voit confier "un métier".



Enfin, l'apport des "volontaires" est très utile.


Cette maman intervient régulièrement au cours d'ateliers tournants. Ce matin, elle était responsable de l'aide à la confection de colliers de nouilles : cadeau fait à un petit camarade dans le cadre de Thanks giving.
Elle m'a confié que son objectif était de voir comment son fils se comportait avec les autres enfants. C'est la première année où elle est intervenante : son autre enfant n'étant pas encore scolarise.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 12:54
J'ai dédié cet article à l'enseignement des sciences car j'y suis particulièrement sensible...

Tous les sens sont explorés :

Le toucher
Trinity, qu'as-tu trouvé dans la boite ?

Ce grand thermomètre présente les deux systèmes de mesure : il faudra bien passer un jour au système métrique !


La vue

Jaden , on t'a reconnu !

L'ouie

Ces petites cloches émettent différentes notes ce qui donne beaucoup de possibilités de jeux d'écoute...



Et au coin sciences, diverses activités sont proposées : le kaléidoscope, les oeufs sonores, l'aquarium, la plante verte, les miroirs et même la classification des animaux : ici les ovipares...




Le bac à capacités, outre les expériences tactiles nécessaires á  cet âge, permet d'explorer la notion de mesure. Plusieurs fois par an, le contenu est changé pour appréhender des textures nouvelles.

La construction du temps est elle aussi abordée de différentes façons.
Les différents sabliers ne s'écoulent pas avec la même durée.

Mise à jour quotidienne du calendrier mensuel.

Même chose pour l'espace :

Le globe s'oriente dans tous les sens...

La notion de mouvement est aussi étudiée :

Ça marche !

Et pour conserver ce qui a été trouvéapporté par les enfants, la classe dispose d'un petit musée. 
J'adore ce meuble !


Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 19:59
Comme dans n'importe quelle classe du monde des activités sont en libre service au cours d'ateliers :


Grâce au tableau de feutrine et aux personnages à fixer, les enfants peuvent reconstituer les histoires lues par la maîtresse ou en inventer... gare au méchant loup !

même genre d'activités cette fois avec les marionnettes...



Après avoir fait la plus belle peinture du monde,



ne pas oublier de la mettre à sécher !


On peut alors prendre la direction du coin écriture


et s'installer pour recopier des modèles.



J'aime l'entraînement sans gachis...



Pour rendre les enfants autonomes, Cessany m'a demandé d'intervenir pour une initiation individuelle une fois par semaine. A Noël, ils n'auront plus besoin de moi...


Si on a l'âme d'un constructeur, on peut utiliser les blocs de bois : attention la construction ne doit pas être plus haute que soit ! La sécurité ça s'apprend !



Certains sont de taille respectable. D'autres ont un plan incliné. L'imagination n'a pas de limite...


Évidemment plus on en sort, plus on doit en ranger. Gare à la petite chanson de la maîtresse "Clean up ! Every body, Clean up !" Selon elle, Donovan, c'était un pro de la construction !



Les activités collectives (3 fois par jour) ont aussi une grande place comme la lecture de livres par la maîtresse....



Le lutrin permettant de disposer les grands livres a plat et de les ranger en dessous est un outil indispensable. A partir de la lecture de ces livres, plein d'autres activités sont menées.

On suit aussi les traditions calendaires qui donnent lieu à différentes activités :

Confection de cadeaux pour Noël...

Cuisine pour la Saint Patrick.

D'autres ont déjà fait l'objet d'articles précédemment : Luau , Mother's Day , Halloween

Toutes les bonnes volontés sont accueillies soit de manière ponctuelle pour apporter un témoignage :


Cole pose avec le veston provençal (toute personne pouvant identifier l'intervenant gagne une année d'abonnement à  la newsletter...)

soit pour mener des ateliers réguliers


musique de l'eau...

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 07:25
L'assistante, outre l'aide à la préparation de la classe, joue un rôle important sur le plan pédagogique car elle anime des petits groupes de travail. Et puis ici, on utilise tourtes les compétences : alors, Yoshimi apprend quelques mots de japonais aux enfants...


Le tapis permet de regrouper les enfants pour des activités collectives : lecture, chant, tenue du calendrier... Chacun a une place qui lui est devolue...


On peut aussi se retourner pour regarder une vidéo documentaire ou s'amuser un peu avec un dessin animé. Cessany, qu'est-ce que tu nous programmes aujourd'hui ?


L'accent est mis dans la classe sur le rangement tant du point de vue éducatif que fonctionnel.
Exiger le rangement, c'est avoir les moyens de son exigence.....
(bravo aux Américains pour leur cohérence sur cette question!).

..... témoin ce meuble pour les jeux...



...ou ces tiroirs personnels. Chacun y place ses trésors et le beau dessin qui sera ramené le soir à maman...


Pas d'intervention de la maîtresse : tout est à portée de la main et en libre service...


Maîtresse qui a bien besoin d'un petit espace pour elle mais surtout d'un placard pour ranger tout le matériel qui n'est pas utilisé à ce moment de l'année : en effet, il y a des exigences sur la rotation du matériel à disposition des enfants...


L'évier est en bonne place mais le réfrigérateur a disparu, économies d'énergies oblige : l'école a dépensé beaucoup d'argent pour louer un générateur quand l'école est tombée en panne d'électricité. Le réseau local ne peut faire face à la demande. On pourrait aussi penser à construire des écoles de taille plus petite, non ?

                                                                                                    


La sieste est obligatoire mais Cessany a fait remplacer les petits lits par des tapis plus maniables par les enfants.

de gauche à droite : emporte-pièce, massicot, machine a plastifier


Un des avantage des grosses écoles, donc à plus gros budgets, est de permettre des achats de matériel non utilisés au quotidien... Une salle est consacrée à ses équipements.

Alors petite ou grosse structure ami(e) lecteur/lectrice ?
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 21:24
La promesse faite à des amis enseignants de leur parler de la classe de Cessany n'avait été tenue que partiellement auprès de ceux qui sont inscrits à la news letter. Tous ne le sont pas. Par ailleurs, l'abondance de documents sur le sujet permet de réorganiser l'ensemble. Mes excuses pour ceux que les redites ennuieraient... Précisons que l'ensemble des photos a été pris dans les deux  classes où Cessany a enseigné.

Depuis que je viens aux USA, Cessany est enseignante en pre-K. Pre- pour avant et K pour Kindergarden. Ici, point d'école maternelle mais le gouvernement de Georgie a pris conscience de la nécessité de scolariser les enfants plus jeunes. Les écoles de l'état adopte peu à peu ce plan en permettant aux enfants de 4 ans (pre-K) et 5 ans (kindergarden) de fréquenter leurs établissements. L'état joue un rôle essentiel en définissant les objectifs des programmes et en en surveillant l'application de manière très suivie. Ainsi Cessany reçoit 2 fois par an la visite d'une déléguée qui contrôle que tout le matériel (liste exhaustive) qui doit être mis à disposition des enfants est bien en place.

Une grande importance est accordée à la disposition de la classe organisée en de multiples "coins", lieux d'activités, de rangements mais aussi espaces de socialisation.

Coins d'activités avez-vous dit mais où ?


En ce début d'année, les ateliers sont occultés. L'enseignante "ouvrira" chacun en montrant son contenu, comment l'utiliser, les règles...


Les salles n'étant pas très grandes, la solution de la  mezzanine s'impose pour créer un espace de plus : bibliothèque par exemple...





Des tables sont à disposition et utilisées soit en libres activités soit pour une activité concernant toute la classe soit pour une activité dirigée par un adulte.


Un coin lecture doit être présent dans la classe. On a éliminé (quand même!) l'exigence de tourner la couverture des livres vers l'extérieur... (on aura plus de peine à éliminer la bêtise de certains !)




Un coin écoute doit aussi être présent avec des cassettes, des casques. Les enfants doivent pouvoir être autonomes dans cette activité...

Et pour terminer cette petite série, rendons-nous dans l'espace maison...

où l'on pourra se déguiser en papa, maman, prince ou sorcière (c'est selon). Même les garçons pourront faire semblant de faire le ménage !


L'équipement est semblable à celui de la "vraie" maison. 


Vraiment comme chez soi...




... y compris dans le soucis du détail !
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 19:07

* Je précise car le code de la route diffère d'un état à l'autre...


Là, comme en France, pas question de conduire sans avoir obtenu le permis mais par contre un certain nombre de différence dans l'obtention de celui-ci :
- pas d'auto-école ; le bureau chargé de le délivrer donne un fascicule pour apprendre les règles de conduite. A mon sens, et au vu de la conduite ici, quelques heures d'apprentissage feraient le plus grand bien ne serait-ce que pour l'utilisation des clignotants..
- lorsque l'on se sent prêt, on va au Department of Motor Vehicule et l'on peut passer le test de connaissances moyennant la modique somme de 10 $. C'est un QCM sur ordinateur. Si on le réussit, on est admis à faire de la conduite accompagnée. On peut le passer à partir de 16 ans mais il faudra attendre 18 ans pour passer le test de conduite...
- sitôt qu'il y a de la place, on peut passer le test de conduite ; pour moi, ça s'est déroulé le lendemain du premier... Le permis est délivré immédiatement après moyennant là aussi une modique somme de 20 $ ; par contre, il faudra le renouveler tous les 4 ans et subir une épreuve de vision (ça c'est une bonne chose).
Comme vous pouvez le constater, j'ai accepté d'être un donateur d'organe et j'ai versé 1 $ pour une cause humanitaire dont j'ai oublié l'objet....



On reconnaît facilement le panneau STOP mais très souvent, il est placé à toutes les voies aboutissant à un croisement. Dans ce cas, les automobilistes le franchissent dans l'ordre de leur arrivée. L'avantage est de ralentir la vitesse en ville et oblige tous les conducteurs à un peu plus de courtoisie... Jamais rencontré de problème à ce jour...


J'aime bien ce panneau indiquant la direction de la bibliothèque....


L'indication des noms des rues est plus satisfaisante pour moi que notre pratique française.



Très peu d'aires de repos ici : si l'appel de la nature se fait ressentir, il faut sortir de l'autoroute et rechercher le premier fast-food venu. On n'est pas obligé de consommer...
Quelques exceptions toutefois comme ici car les états créent une aire d'accueil pour les gens qui entrent sur leur territoire comme ici à la frontière Tennessee/Kentucky.


Jamais vu en France (a ma connaissance) : la ligne pour tourner à gauche (left turn lane)


    L'automobiliste qui veut tourner à gauche se place dans cette ligne et y attend que la voie soit dégagée en sens inverse. C'est une sécurité pour tout le monde mais une perte de terrain très importante. Ici, on a de la place !    

La vitesse est limitée partout mais ce genre de panneau apparaissant très souvent au cours de la conduite, on ne sait plus très bien où l'on est. Heureusement, ici point de radar fixe, juste des radars mobiles. Ian, le fils de Cessany s'est fait pincé récemment à plus de 10 miles à l'heure que la vitesse autorisée. Il lui en coûtera 145 $...


Pas de problème pour se garer mais on se demande avec Cessany si les USA ne sont pas habités par une majorité de personnes handicapées vu le nombre de places qui leur est réservé dans certains endroits !
 De ce côté, ma femme apprécie que je conduise en France car pour un Américain, faire un créneau ou se garer dans un parking souterrain à Toulon ou Marseille, c'est l'horreur !



  pacrmetre

Pas de problème pour se garer, dis-je ? sauf sur le campus universitaire qui est saturé.

Parking-UWG.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La solution ? Le bon vieux parcmètre ! Je croyais y avoir échapper....

 

  Pas de problème pour se garer au centre ville vu le nombre de parkings aériens qui, a partir du 2émet étage sont vides.

Vous remarquerez que l'on se gare de part et d'autre mais que la voie est en général en pente. L'accès a l'étage supérieur ou inférieur s'effectue par une rampe a l'extrémité.

  Parking-deck.JPG

 


    La plupart des croisements avec les lignes de chemin de fer sont des passages à niveau indiqués par ce panneau. C'est pourquoi lorsque le train traverse une ville, il klaxonne en permamence pour avertir les conducteurs de son arrivée. Question tranquillité, on fait mieux....

 

Comme les Français, les Américains ne sont pas avares pour les panneaux. En voici cependant un que je n'ai jamais rencontré en France et qui pourrait s'avérer utile sur les autoroutes :

 

Wrong way

 

 



Les feux tricolores fonctionnent de la même façon. J'apprécie qu'ils soient en face du conducteur mais on peut faire mieux pour le visuel (voir Columbus 3 : promenades).
Petite remarque : au feu rouge, on peut tourner à droite ou à gauche si la voie est libre...

Et pour rouler, naturellement, il faut de l'essence... voici une des multiples stations service autour de Carrollton. Il n'est pas rare d'en voir de cette taille.


mais conséquence de Katrina qui a laissé des traces dans le milieu pétrolier : la Georgie étant approvisionnée par les raffinerie du Golfe du Mexique, il arrive que les pompes soient à sec...


    et dans ce cas, chaque pistolet est recouvert d'un sac plastique...
    Aujourd'hui, le gallon était à 2,45 $ : amis matheux à vos calculettes !


Alors maintenant, prêt pour la conduite aux USA ? Noter que si vous venez, vous n'aurez pas besoin de passer le permis...

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 19:11

High School : ESOL

 

La High School est ici l’équivalent du lycée en France mais se parcourt en 4 ans, chaque année étant divisée en 2 semestres : le premier d’août à décembre, le second de janvier à mai. Elle est couronnée par un diplôme terminal.

 

ESOL (English for Speakers of Other Languages) est un programme fédéral destiné aux élèves dont l’anglais n’est pas la langue maternelle. Il est financé par l’état de Georgie, le gouvernement fédéral et la ville de Carrollton.


Entrons dans la classe d’Enrique Lopez, directeur du programme au lycée de Carrollton pour en savoir davantage…

 

 “Donner des connaissances en anglais aux élèves et dans les matières de base (math, sciences, études sociales1) pour acquérir un vocabulaire spécifique, permet d’atteindre l’objectif du lycée qui est la réussite à l’examen terminal”, me confie Enrique.

 








Entrer/Sortir d’ESOL : Tout élève arrivant au lycée remplit un formulaire d’inscription. Si celui-ci fait apparaître que sa langue maternelle n’est pas l’anglais, il est soumis à un test de connaissances en anglais. S’il le réussit, il est inscrit dans une classe ordinaire sinon il doit fréquenter la classe ESOL. A la fin de chaque année, il sera soumis à un test de sortie. En cas de réussite, il pourra poursuivre un cursus “normal”, sinon, il devra approfondir ses connaissances.

 

La classe actuelle (2009/2010)

Elle est composée de 63 élèves de 14 à 17 ans d’au moins 13 langues différentes. Le Gujarâtî, ça vous parle ? Pas moi !

Chaque élève doit recevoir 4 cours par jour, un cours d’ESOL et trois cours non ESOL pour suivre les études.  Ils peuvent aller dans sa salle de classe pendant toute la journée s’ils ont besoin de son assistance.

 

Les outils

La classe d’Enrique est munie de 26 ordinateurs* chacun possédant 2 logiciels éducatifs :

Rosetta Stone permet d’aborder l’anglais académique : prononciation, écoute, vocabulaire de base, écriture :

Odyssey Ware développe les matières citées ci-dessus.

Chaque matière comporte un certain nombre d’unités. Chacune comprend une leçon et se termine par un Quiz. L’élève peut ainsi contrôler ses acquisitions et faire des retours en arrière si nécessaires. 

Le professeur intervient à la demande. Le travail est adapté au niveau de chacun en fonction des résultats de l’examen d’entrée dans ESOL. 

 




Les attributions du titulaire de la classe :

Outre ses interventions auprès des élèves en difficulté, Enrique a d’autres taches à effectuer. Pensons qu’un tel système très coûteux pour les finances publiques a besoin d’être évalué…

- Une fois tous les 15 jours, Enrique téléphone aux parents de chacun pour faire le point avec eux sur le travail de leur enfant, donner des conseils.  Il fait la même chose avec ses élèves, s’assied avec eux et parle de ce qui se passe dans les autres cours.  Si un eleve obtient zéro, il envoie un e-mail aux professeurs pour demander de repasser l’examen ou pour refaire les devoirs (ou peut-être aborder le cours pour la première fois).…

Réfugié politique du Nicaragua, il parle couramment espagnol ce qui est un grand avantage compte tenu de la proportion importante d’hispanophones dans la classe ;

Constitué pour chaque élève, un dossier contenant beaucoup d’informations est mis à jour en permanence ; chacun est archivé à la sortie d’ESOL. C’est un moyen de mettre en évidence que le professeur suit toutes les règles du programme.  Enrique pense que c’est un gros travail mais il en est très content et est satisfait de savoir que les élèves réussissent l’examen grâce à lui.  De manière impromptue, l’état de Georgie envoie des inspecteurs pour voir les dossiers et observer le programme.  

Le programme ESOL peut-être différent selon  le système2 scolaire, c'est-à-dire comme le système veut l’utiliser.  Donc, ce que j’ai  observé n’est qu’un exemple parmi  plusieurs possibilités de l’utliser.

 

Les avantages du système vus par Enrique:

chaque élève est suivi individuellement et le programme est adapté au niveau et à la vitesse d’apprentissage. Enrique me dit qu’à ses débuts, il a travaillé de manière classique avec les élèves mais c’était une mission impossible tant les niveaux étaient disparates. On veut bien le croire ! ESOL permet dont de répondre à une question fondamentale de l’enseignement qui est l’individualisation de celui-ci ;

les enfants bénéficient de conditions spéciales lors de contrôles lorsqu’ils sont dans d’autres classes. Ils peuvent venir dans sa classe pour passer l’examen et avoir ainsi plus de temps, des explications supplémentaires, des livres à disposition… Enrique a un droit d’intervention sur le respect de cette disposition par les autres professeurs… Cet avantage est aussi octroyé aux élèves ayant fréquenté la classe mais ne la suivant plus.

Il nous livre aussi son idée du métier (il parle aussi français !) :
"Je suis très content à mon école.  Il y a tout sort de professeurs au monde qui font ce travaille pour des plusieurs raisons.  Je suis un professeur qui aime travailler avec les élèves non traditionnelles.  J’aime travailler avec moins élèves de ce qui est normal.  J’ai comme maximum 18 élèves, et les cours traditionnels ont 32 comme maximum à l’état de la Georgie. Mon rôle s’agit d’être défenseur ou champion de mes élèves.  Je suis content de le faire.  Je suis heureux quand je me réveille chaque jour, et j’espère que je sois professeur à mon école pour longtemps."

 

Les remarques d’un enseignant français :

- peu d’interactions entre les élèves si ce n’est de l’entraide ponctuelle : pendant mon passage, je n’en ai pas vu… Pas de projets collectifs non plus.

- l’enseignant se réduit à un simple rôle d’assistant de logiciels ; apparemment, il ne semble pas avoir la possibilité de modifier quoi que ce soit ;

- le travail de l’élève est réduit à de la lecture ; pas vraiment d’apprentissage par une expérience personnelle…

                                                                                                           

 

* Enrique me signale que la ville de Carrollton a des revenus importants et qu’elle peut offrir à ses lycéens de gros moyens.

On considère qu’un élève d’ESOL est l’équivalent de 3 élèves ordinaires pour la prise en compte de la dotation budgétaire…

 


Du fait de la présence des ordinateurs avec des programmes adaptés, la classe d’Enrique est aussi fréquentée en dehors des heures habituelles par des élèves nécessitant un soutien personnalisée.

 

1 – Etudes sociales : histoire mondiale et américaine, éducation civique, économie,

2 – En Georgie, chaque canton (plus quelques villes comme Carrollton) a un « système » scolaire. Celui-ci consiste en un comité directeur chapeautant les écoles du canton. C’est là que se prennent les décisions concernant l’utilisation des fonds, le recrutement du personnel de direction, certaines orientations pédagogiques..,

 

Merci à Enrique pour son accueil chaleureux et sa disponibilité.

Merci à la High School de Carrollton pour m’avoir laissé pénétrer dans ses locaux.

Partager cet article
Repost0