Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 17:56

  Chic, chic vous êtes-vous dit en vous fiant au titre : voilà un nouveau plat japonais dont nous allons appprécier la recette !
Que nenni ! S'il y a bien quelque chose de japonais dans l'affaire, c'est la provenance. Originaire du japon, le kudzu est une plante importée volontairement par les autorités américaines. Malheureusement faute de prédateur naturel, celle-ci a proliféré ( et continue) de manière incontrôlable. D'où l'embarras des autorités actuelles qui aimeraient s'en débarrasser mais n'ont toujours pas trouvé l'antidote.

Les quelques photos ci-dessous vont vous révéler l'ampleur du problème :


Il peut grimper partout et sur n'importe quoi,



vraiment n'importe quoi !


ramper sur des surfaces planes...



et tout recouvrir...


vue de plus près....




et sur les bords, la liane coupable...

Pas besoin de faire de longues distances pour en trouver : ces photos ont toutes été prises sur le territoire de Carrollton....

En savoir plus : link

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 16:32

   Comme j'ai initié mon voisin à la pétanque (il adore ! mais pas le pastis...), il a décidé à son tour de m'initier au horseshoe, jeu traditionnel américain.

   De même que je me suis aménagé un terrain de pétanque, il a construit son aire de jeu. Tout d'abord, il s'agit de bâtir un carré d'environ 2 m de côté dont l'un des côtés est absent. On refait la même opération à environ 15 m du premier, les côtés ouverts se faisant face. Au centre de chaque carré, recouvert de sable, on enfonce un piquet.

 


















Chaque joueur possède 2 fers à cheval qu'il doit lancer en visant le piquet.

Premier essai :


Concentration...

C'est parti !





Si le fer est distant de moins d'un fer du piquet, on marque un point...

Deuxième essai :


Denis laisse éclater sa joie : voyons pourquoi...



Son fer s'est enroulé autour du piquet : il marque 3 points. Dur à rattraper !

Je n'ai pas saisi toutes les subtilités du jeu mais voici ce que j'ai retenu ;

- un joueurs lance ses 2 fers puis c'est au suivant ;
- après que les 4 fers aient été lancés on change de côté ;
- on peut prendre de l'élan pour lancer le fer : c'est utile car ils sont bien plus lourds que les fers ordinaires ;
- on peut "dégommer" le fer de son adversaire comme à la pétanque : ouais en théorie
- une partie ordinaire se déroule en 20 points : le premier qui les atteints a gagné...

C'est assez primaire mais c'est sympa. A pratiquer si l'on n'a pas mal au dos. Je ne suis pas sûr que ce soit facile pour les dames et les enfants...

Il y a même des tournois. Là, ça nécessite un espace adapté : celui de Carrollton ci-dessous.

Horse shoe fields

Partager cet article
Repost0
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 15:17

  C'est celui que l'on se prépare soi-même, non ? Encore faut-il trouver les ingrédients nécessaires. Après plusieurs essais de cafés aux goûts divers (cannelle, vanille...) et en rejetant tout ce qui comporte le mot "French", j'ai trouvé sur le marché de Carrolton du café équitable... en grains. Pour moi, c'est un retour  dans le passé car il m'a fallu acheter un moulin (électrique quand même !) et je me suis lancé...



De gauche à droite :
- le sucre en morceaux : pas moyen de trouver l'équivalent en sucre roux...
- la cafetière : rien de remarquable si ce n'est que le filtre a le fond plat. C'est rapide mais le café passe trop vite...
- le moulin : on peut choisir la finesse de la mouture...
- l'ersatz de sucre : pas moyen de savoir exactement ce que c'est... C'est pas mauvais pour la santé. Enfin, c'est Cessany qui le dit !
- une cup du breuvage tant attendu. Pas mauvais, ma foi...



Se sont ajoutés :
- le décaféïné : ici, on fait dans les grandes tailles...
- le fameux filtre à fond plat...
- le café en grain : assez semblable au nôtre...

A la bonne vôtre et n'oubliez pas d'apporter votre café lors de votre visite !

Partager cet article
Repost0
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 14:19
Pas tres excitant comme sujet, hein ? Et pourtant....
Rappel : ici la plupart des maisons sont en bois ou en matériaux à base de bois (contreplaqué, aggloméré..). L'un des aspects intéressants est que le coût de revient est abaissé. Mais outre que le bois, ça brûle (où va-t-il chercher toute cette science ?), ce qui hélas, se produit assez fréquement, l'autre inconvénient, c'est qu'il pourrit facilement sous l'action de l'eau. Gare donc auc fuites. Nous n'y avons pas échappé...
Cela a commencé par une magnifique auréole dans le plafond de la chambre à coucher et s'est terminé par un trou. L'occasion de refaire la peinture et de boucher le trou évidemment...



C'est aussi l'occasion d'agrandir son vocabulaire : outils, techniques...



Plusieurs angles de la maison, à cause de fuite dans les gouttières ont été dégradés. Il est nécessaire d'enlever tout le bois défectueux sans oublier de refaire les joints au silicone...



C'est-y pas mieux ?

La, on apprend autre chose : c'est à se servir des mesures anglaises ( Messieurs les Anglais, vous vous etes tires les premiers ! )  et on se trompe une fois sur deux... Pratique : du coup, on bénit l'inventeur du système métrique !

Et puis, plus gros avatar : la base de la cheminée n'a pas été dotée de "flashing" ( je ne connais pas la traduction !) et donc l'eau a ruisselé sur deux côtés, pourrissant à la fois les planches faisant office de mur et l'aggloméré qui les supporte.

Voyez plutôt :



Pas tous les jours marrants d'être Père Noël dans ces conditions !


Pourrie jusqu'en bas !

Après quelques heures, de nombreux jurons et accidents divers, le résultat est quand même au rendez-vous....




Mieux, non ?

Mon dieu, quel homme !

N'exagérons rien. J'ai beaucoup été aidé :
- d'abord par Ian, le fils de Cessany et par Cessany elle-même (surtout pour la peinture....) ;
- par mon voisin qui m'a prêté un bon nombre d'outils ;
- par les employés de Home Depot ( Home, sweet Home (Depot) qui m'ont donné beaucoup de conseils. Contrairement à un certain nombre de magasins, ils sont compétents. Ils ont suivi les péripéties de l'opération et m'ont encouragé.  C'est ainsi que l'extérieur n'est plus en bois mais dans un autre matériau qui ne pourrit pas, que  je me suis construit un établi,




indispensable outil pour découpes diverses. Découpes elles-mêmes effectuées à l'aide des nouveaux outis qu'il m'a bien fallu acheter : scie circulaire, table à scier..

Il est emps de partir en vacances !
Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 11:40
Robert est un vieil ami de la Folkschool et qui, ce jour, prend Donna pour épouse. C'est un honneur et un plaisir d'avoir été convié à ce moment important de leur vie et pour moi, c'était la première occasion d'assister à un mariage aux USA. Le reportage qui suit ne reflète pas l'ordinaire d'un mariage aux USA mais je n'ai pu résister au plaisir de vous offrir ces quelques images et videos.

Première surprise : pas de place au parking où nous arrivons. Nous sommes redirigés vers un autre par une copine de la Folschool : on sent l'organisation... Nouveau parking et là deuxième surprise : on est au bord du lac et rien ne nous indique qu'il va s'y dérouler un mariage... attendons....

Nous devons poser nos chaussures pour atteindre un bateau qui vient nous chercher....





Ça fait un peu métro aux heures de pointe mais c'est sympa et ça déride l'ambiance immédiatement.

C'est parti pour une traversée ... sans histoire !




La flotille était composée d'au moins 4 bateaux.

Explication : La famille de Robert possède au bord du lac une propriété que l'on peut atteindre par la route mais il n'y a pas de place pour se garer... Seuls les handicapés ont pu prendre cette route.



Les danseurs du groupe de Morris Dance se mettent en place pour faire une haie d'honneur à la mariée. Les arceaux rappellent notre tradition provencale...alors que d'autres arborent les bâtons de danse...




Moment d'émotion : elle arrive accompagnée de ces deux enfants....




pour rejoindre le marié. La cérémonie va commencer...

par le traditionnel discours...


suivi des non moins traditionnels échanges de promesses et d'alliances...






Une grande tente ayant été dressée pour l'occasion,




les convives s'y dirigent pour partager le repas. Celui-ci revêt la forme d'un buffet avec....



les crevettes et écrevisses de la région.

La queue est longue : les convives patientent en musique...



J'étais un peu déçu que la fête ne se soit pas prolongée très tard et que l'on n'aie pas pu danser mais on ne le voit pas sur ma tête à ce moment !

Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 14:24

Bonne question de Kiki ! C'est tout simplement un instrument de musique. A cordes, donc famille de la guitare du violon pour les plus connus. Dans notre région, comme dans pas mal d'endroits aux USA, on pratique d'autres instruments un peu moins connus : banjo, mandoline et ... les dulcimers.
Arrêtons-nous sur ces derniers qui, pour certains folkeux de mon entourage, ne sont pas sans rappeler l'épinette des Vosges. Le dulcimer pratiqué dans les Appalaches est le "mountain dulcimer". Posé sur les genoux, on en joue en grattant les cordes à l'aide d'un plectre (ou mediator). Le placement des doigts sur le manche permet d'exécuter une mélodie tout en faisant des accords.



Voir une démonstration : link


et un extrait de concert au festival Fall 2011 :

 

 

 

 

Cet instrument se distingue du "hammer dulcimer" qui, lui, est frappé à l'aide de petits maillets: il n'est pas sans nous rappeler le cymbalum des pays d'Europe de l'est...



Un petit air ? Pourquoi pas !   link
Un autre conseillé par Cessany :link

Ces instruments populaires étaient souvent fabriqués par les musiciens et sont facilement transportables. Le premier sert très souvent pour accompagner le chant de l'instrumentiste.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 17:21
Je vous ai déjà parlé de cette institution lors de précédents articles* mais aujourd'hui, nous avons décidé de faire une visite extérieure : il fait beau. Allons-y !
Tout d'abord, une vue panoramique des anciens locaux. Magnifique le cadre, non ?


A droite de la route, un panneau nous indique de faire attention aux enfants : la Folkschool va héberger un camp d'été qui leur est destiné (de 7 à 17 ans) à partir de demain, pendant une semaine. Tout au long de celle-ci, ils pourront expérimenter plein d'activités traditionnelles : cuisine, danse, contes, tissage, poterie, dulcimer, sculpture sur bois pous n'en citer que certaines. Evidemment chaque soir sera l'occasion de pratiquer la contredanse !
En savoir plus : link



L'ancienne salle de danse. Celle-ci est réservée maintenant à la pratique du clogging.


Nous croisons le "May Pole". Il faudra que je trouve les explications aux nombreux points communs entre les traditions des Morris Dance et nos traditions provencales... Celle-ci n'est qu'un exemple...





Parmi les activités de la Folkschool, le jardinage occupe une belle surface. On y trouve des légumes, des herbes aromatiques, des baies,


ici des framboises,


sans oublier un complément essentiel aux cultures : l'élevage d'abeilles.
Il y a volonté de préserver un patrimoine en enseignant la pratique des techniques et en mettant l'accent sur l'aspect environnemental.

La culture de "gourds" est une pratique courante et quand on peut l'associer à la protection des oiseaux, voilà ce que
cela donne..

.





Près de la rivière, on a aménagé un sentier de découverte dénommé "Rivercane walk". Mais pourquoi donc ?






  Et bien voilà la fameuse "rivercane" qui s'apparente à notre canne de Provence, n'est-ce pas. Le sentier pourvu de panneaux explicatifs nous indique que les Indiens s'en servaient beaucoup, entre autre pour faire des sarbacanes...


Un artiste local s'est inspiré des thèmes indiens pour réaliser quelques sculptures...








*

























     





















J'espère que vous avez apprécié tout comme nous cette petite promenade bucolique.
A bientôt pour d'autres aventures à La Folkschool !

*
Enseigner à la Folkschool,
The folk school
Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 12:14
Aujourd'hui 6 juin 2009 est le 65ème anniversaire du débarquement de Normandie et le hasard a fait que notre famille a pu évoquer cet évènement. Cessany, profitant de ses vacances pour mettre un peu d'ordre dans ses documents, a retrouvé 2 articles consacrés à l'arrière-grand-père de son fils. Le premier date du 16 juin 1945.  L'autre ne peut être daté. Il ne de même pas possible d'identier les journaux dans lesquels ils sont parus...
Ils relatent les faits d'armes du Colonel Glyne M.  Jones lors de la deuxième Guerre Mondiale.
Pour ceux que l'anglais rebutent, voici quelques faits :
- Direction des planeurs et avions pour convoyer les fournitures (munitions, nourriture, essence..) sur le front ;
- Campagnes en Tunisie, Sicile, Naples, France, Hollande, Allemagne ;
- Lachers de parachutistes ;
- Rapatriement des blessés ;
- Invention du sytème de largage des planeurs permettant de les utiliser plus d'une fois ;
- Parachutage de fournitures pendant la bataille de Bastogne ;
Comment s'étonner que cet homme ait été décoré à la fois par les USA et... la France !






Chapeau... avec une dernière photo pour la route :



A Carrollton, les morts de la deuxième guerre mondiale sont honorés par une simple plaque devant le tribunal. Je n'ai pas vu ici l'équivalent de nos monuments aux morts...




Ce sera ma petite contribution à ce rappel de cet évènement majeur

Une autre contribution nous est apportee par la responsable du marche de Carrollton. Sur son site personnel, elle rend hommage a son pere qui a joue un role important lors de la liberation de Paris en 1944. A decouvrir...
link


Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 14:54


Un abri de jardin ? Avec tout le fatras habituel (brouette, tondeuse, outils et objets inutilisés) ? Bof ! On connaît... sauf que ... ce jour-là, à mon arrivée, quelque chose s'envole sous mon nez !

La stupeur passée, je regarde un peu plus près...



D'une vieille boite à chaussures sortent quelques brindilles... Approchons...



C'est bien ça : une maman a profité de la tranquillité du lieu pour faire son nid !

Grimpons sur la cantine qui m'a servi a emmené mon fourbi aux USA pour voir la situation d'un peu plus près...



5 oeufs tous blancs sont disposés au fond du nid. Mais ne nous éternisons pas : ils ont besoin de la chaleur du ventre maternel. Et après quelques jours (combien, j'en sais rien, on n'est pas en leçon de sciences !)...



Ils sont là : je n'arrive jamais à les photogrpahier avec la mère qui doit avoir ses pudeurs !



A moins qu'elle n'aie pas le temps de se faire belle, trop occupée qu'elle est à nourrir tout ce petit monde...



Mais aujourd'hui, le nid est désespèrement vide ! Mais pas le local car j'entends puis vois rapidement un jeune qui essaye de se sauver en se cognant à la vitre...


Il prend un moment de répit dans un coin de l'abri et je fais de la gym pour le photographier....



Quelle famille ! Il boude au lieu de regarder l'objectif...

Je l'aide à gagner la sortie. Bye, bye petit oiseau, je ne sais même pas ton nom !



Partager cet article
Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:55
Pour les plus anciens d'entre vous, cela évoquera un fameux film des années 60 avec une célèbre Madame Robinson...
Pour les autres, précisons qu'il s'agit de la remise des diplômes obtenus par les élèves de High School, l'équivalent de notre lycée. Petite différence, la scolarité se déroule en 4 ans alors que la Middle School (notre collège) s'effectue en 3... Pour ce qui est du diplôme lui-même, il semble qu'il y ait une certaine similitude avec notre baccalauréat ; contrôle continu et examen final. J'investiguerai toutefois un peu plus sur les conditions dans lesquelles se passe l'examen. Je subodore que j'aurai des remarques sur les conditions de passage...
Les images et photos qui vont suivre ont été prises lors de la cérémonie de la High School de Villa Rica en mai 2009, dernier jour de l'année scolaire.



Tout le monde arrivant en voiture, il faut bien de l'organisation pour réguler tout ce trafic avec les inéluctables problèmes de stationnement y afférent...



Arriver tôt pour avoir une place assise sur les gradins du stadium permet d'assister à la mise en place : l'orchestre se prépare...



On peut se procurer un programme...

La cérémonie peut commencer avec l'arrivée des lycéens d'un côté (300 cette année) et des professeurs de l'autre...


chaque famille hurlant au passage du membre diplômé....



On échappe ni au serment d'allégeance ni à l'hymne national....

S'enchaînent les traditionnels discours : celui d'un garcon puis d'une fille.



 A l'appel de son nom, chacun monte sur l'estrade pour recevoir son diplôme. Tout cela dans l'ordre et la disicpline, on n'est pas en France nom d'un chien !






Certaines familles laissent s'envoler des grappes de ballons....




et la cérémonie se termine par la sortie des lauréats au milieu d'une haie d'honneur des professeurs.


s'ensuit une gentille cohue (les Américains ont des moments inorganisés, planifiés, c'est tout) où l'on se congratule ("hug"). Certains s'autorisent à laisser éclater leur joie.


  Vous avez échappé :
- au changement de côté du ruban couvrant la coiffe : ça indique que l'on est diplômé
- à 300 remises de diplômes (moi pas !)
- au lancement des coiffes à la sortie de la haie d'honneur...

C'était beau comme l'antic (ou antoc je sais plus).

A noter que Cessany, pas folle, m'a laissé y aller seul . On s'est retrouvé dans un restaurant du centre ville où le père du récipiendaire nous offrait un délicieux repas.



C'est quand même la partie la plus exitante de la journée !
Sur la gauche : votre serviteur, la grand-mère du diplômé, son mari, l'hôte
Sur la droite : Cessany, la soeur du diplômé, sa maman, Brant (l'heureux élu) et sa girl-friend.

Repas chaleureux terminé comme il se doit par un gâteau de circonstance.


La raison de notre présence en ce lieu : Cessany et Yvonne, la maman de Brant, sont amies depuis plusieurs années.

De l'avis d'Yvonne, Cessany et moi-même, nous avons affaire à une belle opération commerciale dont le coût n'est pas négligeable pour les familles : uniforme, couverture du diplôme et même pour certains achat d'une bague : ci-dessous, Cessany nous présente les siennes (College, High School).




C'était la rubrique mensuelle : vous pouvez le faire une fois dans votre vie.


Partager cet article
Repost0